ASIE/LAOS - Absence de morts dus au Covid-19 mais impact négatif sur l'économie et le tourisme de la pandémie
29/05/2020

Vientiane – Au Laos, petit pays isolé comptant 7 millions d'habitants, au nord du sud-est asiatique, gouverné par un régime communiste, les chiffres relatifs au corona virus sont si bas qu'ils suscitent l'étonnement. Au 27 mai, le nombre de cas positifs au Covid-19 était de 19 sans mort. Entre temps, deux des cinq patients atteints par le Covid-19 de l'hôpital Mittaphab de Vientiane ont été trouvés négatifs au test et s'ils devaient l'être une seconde fois, ils pourront rentrés chez eux. Le primat du Laos, partagé en Asie seulement par Timor Est, le Turkménistan, le Cambodge et le Vietnam, s'enregistre malgré la proximité géographique de la Chine continentale et l'important flux de main-d'oeuvre chinoise présent au Laos. Des milliers d'ouvriers chinois travaillent actuellement à la réalisation de la liaison ferroviaire devant relier le sud de la République populaire à Singapour. Le trajet, qui demande aujourd'hui des jours, pourra s'effectuer en quelques heures d'ici quelques années.
Bien que le Laos ait réagi promptement et de manière efficace en isolant le virus avant qu'il ne puisse frapper le fragile système sanitaire national, les effets de la pandémie se feront cependant sentir dans le domaine social et économique. Selon le rapport de la Banque mondiale, 2020 devrait connaître une croissance économique négative de 1 à 1,8% dans le pire des cas, la pandémie augmentant la diminution de la rente fiscale, entraînant une augmentation de la dette. Le choc aura également des conséquences sur le marché du travail et sur la pauvreté, vu la forte baisse de fréquentation du secteur du tourisme, qui représente au total 11% des emplois et 22% en zone urbaine.
Le Laos a atteint une série d'objectifs ambitieux en matière de développement grâce au plan de réforme de libéralisation du marché introduit en 1986. Les niveaux de pauvreté ont diminué de moitié entre 1992 et 2013 et la croissance du PIB a été de 7,8% en moyenne au cours de la dernière décennie avec de nettes améliorations dans le domaine de l'instruction et de la santé. En 2018, les résultats de cette croissance, entraînée principalement par les ressources naturelles, les secteurs de l'énergie et du tourisme, ont permis au Laos de passer de la catégorie de pays à bas revenu à celle de pays à revenu moyen tendant vers le bas. En 2024, la nation pourra formellement quitter la liste des pays les moins développés. Le Laos demeure cependant un pays caractérisé par de profondes difficultés dans des zones géographiques isolées et par des régions encore pauvres, au taux de chômage et d'exclusion sociale élevés. Les strates socialement les plus vulnérables, telles que les personnes âgées, les femmes et les enfants, paient l'appartenance à des familles pauvres des zones rurales reculées, ce qui est particulièrement vrai pour les familles d'origine vietnamienne ou pour les membres des tribus montagnardes, différences ethniques qui ont posé des problèmes à la majorité d'ethnie Lao.
VATICAN - Commentaires du Secrétaire général de l'Œuvre de la Propagation de la Foi sur la prochaine béatification de la Vénérable Pauline Jaricot, « une laïque au cœur tourné vers l'Evangélisation »
29/05/2020

Cité du Vatican – « Le Saint-Père a autorisé la Congrégation pour la Cause des Saints a promulguer le Décret par lequel l’Eglise reconnaît le miracle attribué à l’intercession de notre bien-aimée et Vénérable Fondatrice, Pauline Marie Jaricot. Cette nouvelle a rempli mon cœur et celui de tous les membres de l'Œuvre pontificale missionnaire de la Propagation de la Foi et même de l'ensemble de la famille des Œuvres pontificales missionnaires, d'une grande joie et d'action de grâce. Pauline n'a pas seulement été inspirée à créer un réseau mondial de prière et de charité en soutien à l'Eglise dans les terres de mission mais elle a également dédié toute sa vie et son patrimoine familial à ce bienheureux engagement. Il s'agissait d'une femme de foi profonde et de profonde vertu chrétienne, ayant un amour particulier envers l'Adoration eucharistique et la prière du chapelet ». C'est en ces termes que le Père Tadeusz J. Nowak, OMI, Secrétaire général de l'Œuvre pontificale missionnaire de la Propagation de la Foi, commente pour Fides la promulgation du Décret reconnaissant le miracle attribué à l'intercession de la Vénérable Pauline Marie Jaricot .
Le Secrétaire général poursuit : « Au cours de sa vie, elle a supporté de nombreuses souffrances tant physiques que spirituelles. Toutefois, malgré toutes ses épreuves, elle est restée ferme dans son dévouement et dans sa persévérance au travail qui constitue maintenant un réseau mondial de soutien à la sollicitude du Saint-Père pour les missions et les jeunes Eglises des territoires de mission. Elle est restée une laïque dévouée au service du Christ et de Son Eglise, profondément engagée dans l'Evangélisation du monde. Maintenant, elle intercédera pour l'ensemble de l'Eglise mais elle aura sûrement une place particulière dans son cœur pour tous les membres du réseau mondial de prière et de charité qu'elle a fondé. Alors que le monde se trouve dans la crise provoquée par la pandémie, c'est une grande espérance et une grande joie que la certitude de la communion des Saints. Notre bien-aimée fondatrice, Pauline, qui bientôt sera proclamée Bienheureuse, continue à guider la merveilleuse œuvre de l'Œuvre pontificale missionnaire pour la diffusion de la Bonne Nouvelle dans le monde ».
Pauline Marie Jaricot, Fondatrice du Conseil de la Propagation de la Foi et du Rosaire vivant, naquit le 22 juillet 1799 à Lyon et y mourut le 9 janvier 1862, dans la misère et l'indifférence générale. Benoît XV éleva l'Œuvre qu'elle avait fondée au rang de pontificale et transféra son siège de Lyon à Rome. Le Saint Pape Jean XXIII l'a déclaré Vénérable le 25 janvier 1963 et le 26 mai dernier, le Pape François a autorisé la promulgation du Décret relatif au miracle attribué à son intercession.
AFRIQUE/NIGER - Abattage de la croix symbole de la Paroisse du missionnaire italien enlevé au Niger en septembre 2018
29/05/2020

Niamey – La croix symbole de la Paroisse du Père Pierluigi Maccalli, missionnaire de la Société des Missions africaines enlevé en septembre 2018, a été abattue.
« Selon les témoignages recueillis, la croix de fer avait été érigée en 1995, année de la création de la Paroisse. Il s'agit de celle-là même dans laquelle a été enlevé le Père Pierluigi Maccalli en septembre 2018. L'enlever a consisté également à abattre la croix du territoire de Bomoanga, perdu dans la savane, au milieu de nulle part » indique à l'Agence Fides le Père Mauro Armanino, confrère du Père Macalli.
« Sur la colline, avaient lieu des pèlerinages surtout pour demander la pluie, durant les temps durs de la sécheresse de saison. Il pleuvait des cordes à chaque fois, avant même que la prière ne soit achevée. Les musulmans du village invitaient également les chrétiens, vue l'efficacité empirique de la prière, à se rendre sur la colline de la croix sise à un mille du village. La croix, haute, réalisée en fer, se voyait depuis le village jusqu'à il y a deux semaines » raconte le Père Armanino.
« Le 15 mai, des personnes ont gravi la colline équipés et ont abattu la croix, solidement vissée dans du béton au travers de boulons inoxydables. Ils ont arraché la croix de sa place et l'ont ensuite déposée sur une pierre non loin de là » affirme le missionnaire. « On présume que les personnes en question sont ceux que la presse et la population qualifient de djihadistes, armés et parfois masqués qui traversent les villages de la région et terrorisent les chrétiens et la population en général ». « Au début du mois – continue le missionnaire – eux ou d'autres affiliés ont rendu visite au chef du village en rappelant les commandements qui guident leur stratégie : éviter de les dénoncer aux forces gouvernementales, ne pas couper d'arbres, éviter l'alcool et surtout refuser tout ce qui n'est pas l'islam » : « Tels sont les préceptes qui les accompagnent et que, grâce aux armes et à l'attitude de passivité des forces de défense et de sécurité, placent dans un état constant de peur les paysans du lieu et en particulier les chrétiens. Ces derniers ne se réunissent plus depuis longtemps dans l'église que le Père Maccalli avait conçu et réalisé pour eux et avec eux. La peur les pousse à prier chez eux et les portes de l'église sont fermées. La croix abattue est donc le symbole de ce que cherchent à faire ces djihadistes : arracher à tout prix du cœur des personnes la foi vécue en l'Evangile qui libère. Les paysans sont patients et savent bien que la croix est écrite sur la terre et que personne ne pourra la leur enlever » conclut le Père Armanino.
ASIE/BENGLADESH - Satisfaction de l'Eglise après la remise en liberté de détenus pour endiguer la pandémie
29/05/2020

Dhaka – « Nous accueillons favorablement la décision du gouvernement de relâcher 3.000 détenus. Il s’agit d’une initiative opportune. De nombreuses personnes qui se trouvent en prison pour des délits mineurs, peuvent être remis en liberté dans cette situation de pandémie ». C'est ce qu'affirme à l'Agence Fides S.Exc. Mgr Bejoy N. D’Cruze, Evêque de Sylhet et Président de la Commission épiscopale pour l'Unité des chrétiens et le Dialogue interreligieux, accueillant favorablement la mesure annoncée par le gouvernement bengalais de relâcher les détenus purgeant une peine inférieure à un an de réclusion en tant qu'action visant à éviter le surpeuplement et à endiguer la contamination par corona virus. Après l'enregistrement de quelques cas de Covid-19 en milieu carcéral, les autorités ont disposé la remise en liberté progressive de plus de 3.000 détenus, en commençant par libérer plus de 385 prisonniers.
« J'ai visité les prisons au cours de ces derniers mois. Jésus nous a enseigné l'amour et le soin de ceux qui sont en prison. C'est notre mission que de prendre soin de ceux qui s'y trouvent » remarque l'Evêque. La Commission épiscopale Justice et Paix dispose d'une Pastorale spécifique des détenus. Le Père Liton Hubert Gomes, de la Congrégation de la Sainte Croix, chargé de ce ministère particulier, indique à l'Agence Fides que le Bengladesh compte quelques 90.000 détenus alors que la capacité maximale de ses instituts pénitentiaires est de 40.000 places. Quelques 180 détenus sont chrétiens dont 40 étrangers. « Il est important de pourvoir à la sécurité en cette époque de pandémie. La remise en liberté de prisonniers constitue une décision juste » affirme-t-il à Fides.
La Pastorale des prisons prévoit des visites périodiques associées à des rencontres et des dons pour les détenus ainsi que des liturgies spéciales, comme la Messe aux Solennités de Noël et de Pâques. Le Père Gomes remarque : « Au Bengladesh, il existe des milliers de prisonniers condamnés pour des délits mineurs. Nombreux sont innocents ou prisonniers de conscience tels que des hommes politiques, des journalistes et des activistes des droits fondamentaux. Il serait beau et nous espérons que seront remis en liberté 30.000 détenus ».
Liens utils
LA REGISTRATION
Titre
Nom*
Nom de famille*
Email officiel*
Email personnel
Fonction*
Nation*
Ville*
Diocèse*
Téléphone
Adresse
Code Postal
MESSAGE

MOT DE PASSE OUBLIÉ
UTILISATEUR

.
.
.
.
.
Download : English - Español - Français - Português
OPPF
OEUVRE PONTIFICALE
DE LA PROPAGATION
DE LA FOI
La mission de la Propagation de la Foi est de susciter au sein du peuple de Dieu un esprit authentiquement universel afin de faire croître au sein des Eglises locales une conscience missionnaire selon la dimension naturelle de l’Eglise.
OPSPA
OEUVRE PONTIFICALE
DE SAINT PIERRE APOTRE
L’Œuvre de Saint Pierre collabore à la croissance des jeunes Eglises en soutenant financièrement la construction de nouveaux séminaires et les programmes de formation des nouveaux prêtres, religieux et religieuses locaux.
OPEM
OEUVRE PONTIFICALE
DE L’ENFANCE MISSIONNAIRE
L’Œuvre de l’Enfance Missionnaire ou Sainte Enfance emmène les enfants à la découverte de l’esprit missionnaire et leur enseigne à aider par la priere et par de petits sacrifices materiels les enfants de leur âge de par le monde.
UPM
UNION PONTIFICALE MISSIONNAIRE
L’Union missionnaire, âme des autres Œuvres missionnaires, est une association de clercs, religieux, religieuses et laïcs qui se propose de susciter dans l’Eglise la passion pour la mission, de contribuer à la formation missionnaire et de pousser les communautés chrétiennes à coopérer et à prendre une part active à l’activité d’évangélisation.

ADMINISTRATION DES SECRETARIATS
Au service du Gouvernement Central des OEuvres Pontificales Missionnaires, il y a un seul Bureau d'Administration pour les aspects administratifs et financiers du service des quatre Secrétariats internationaux aux OEuvres Pontificales Missionnaires dans le monde. (Statuts, art. 46)

OEUVRES PONTIFICALES MISSIONNAIRES
Secrétariats internationaux
PRIVACY
CONDITIONS D'UTILISATION
DISCLAIMER
COPYRIGHT ©2020OEUVRES PONTIFICALES MISSIONNAIRES TOUS LES DROITS RÉSERVÉS