EUROPE/ALLEMAGNE - Déclarations du Président des Œuvres pontificales missionnaires aux collaborateurs de Missio et de l’Enfance missionnaire allemande
18/10/2018

Aix-la-Chapelle – A l’occasion de sa visite à Missio-Aix-la-Chapelle , le Président des Œuvres pontificales missionnaires, S.Exc. Mgr Giovanni Pietro Dal Toso, a célébré ce matin, 17 octobre, une Messe au siège de Missio, Messe à laquelle ont participé ceux qui oeuvrent dans les bureaux de Mission et de l’Enfance missionnaire allemande .
« Il est important que nous continuions à repenser le but de notre engagement, que nous continuions à nous souvenir que Dieu est l’alpha et l’oméga de nos actions et de notre existence en général » a souligné Mgr Dal Toso au début de son homélie. « C’est Lui qui nous donne la force d’engager notre vie selon Sa volonté au profit du prochain. Dans cette perspective, je souhaiterais vous remercier pour le travail de Mission et de l’Enfance missionnaire allemande ».
En rappelant la mémoire de Saint Ignace d’Antioche, qui est célébrée aujourd’hui, l’Archevêque a fait référence à son voyage en Syrie et à la situation difficile des « frères et sœurs du Proche-Orient », soulignant que « ma première rencontre réelle avec Missio-Aix-la-Chapelle est liée aux difficultés de nos frères chrétiens en Syrie et en Irak et je voudrais mentionner votre générosité également en ce qui concerne cette préoccupation ».
« La caractéristique spécifique de Missio et en principe de nos Œuvres pontificales missionnaires est le soutien à l’activité pastorale de l’Eglise – a mis en évidence le Président des Œuvres pontificales missionnaires. L’Eglise existe parce que Jésus-Christ nous a envoyé dans le monde entier pour proclamer l’Evangile. Il ne s’agit pas strictement de l’Eglise en tant que telle mais du fait qu’au travers de la présence de l’Eglise et de la proclamation de l’Evangile, l’être humain reçoit l’Esprit de Dieu, qui rend nouvelles la terre et chacun d’entre nous ». « Nous avons le grand privilège de participer à cette activité – a conclu l’Archevêque – Nous pouvons être missionnaires y compris à partir de nos bureaux de manière à ce que chaque personne puisse écouter une parole de réconfort, de guérison, de réconciliation et faire l’expérience de l’unité intérieure et de la liberté au travers de la rencontre avec le Dieu de Jésus-Christ ».
Link correlati :Texte intégral de l'homélie (en allemand)
AFRIQUE/COTE-D’IVOIRE - De la nécessité d’une nouvelle république, plus humaine et porteuse de paix après les violences post-électorales
18/10/2018

Abidjan – « Un peuple qui baigne impuissamment depuis plus d’une décennie dans un marasme électoral qui ne dit pas son nom. Un peuple désormais enlaidie et affaiblit par un politique véreux et arrogant devenu adepte et sympathisant accompli de l’anarchie, de la violence, du chao, de la dictature, et de la mort. Un politique ivoirien toujours prêt à tirer sur la corde identitaire pour diviser en vue d’étancher son éternel soif de pouvoir. Honte à vous homme politiques ivoiriens ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides le Père Donald Zagore, théologien ivoirien de la Société des Missions africaines au lendemain des élections du 13 octobre, caractérisées par des fraudes, des tensions et des épisodes de violence.
« La triste réalité est que en plus d’avoir vendu à moindre coût la dignité du sol ivoirien permettant à qui l’enchante d’installer son désordre quand il veut, et comme il veut, ils ont par leurs politiques tribalistes, égoïstes, et corrompus faits du peuple ivoirien un peuple qui désormais divisé, doit essuyer au quotidien les affronts d’une misère insultante et aliénante. Que vaut encore un peuple quand son choix politique exprimé par la voie démocratique des urnes est bafoué ? Il n’y a pas de plus grand esclavage que de réduire un peuple au silence en l’empêchant de s’exprimer, de faire valoir son droit de vote, de choisir en toute quiétude et sérénité ses représentants. Jusqu’à quand devions-nous continuer à souffrir le martyr ? Jusqu’à quand les élections en Côte d’Ivoire continueront à entraîner des morts ? Il faut le dire haut et fort, démocratie et liberté sont des concepts vides de sens en Côte d’Ivoire » indique amèrement le missionnaire.
L’appel du prêtre est le suivant : « Jeter les bases d’une renaissance ivoirienne est plus que jamais nécessaire. Cela passe par la lutte pour une révolution et une émancipation sociopolitique holistique qui fait désormais de tout citoyen acteur principal et garant de son avenir. Il est temps de travailler à la naissance d’une république nouvelle plus humaine et digne de vrais démocrates, apôtre de la paix, gage d’un développement holistique, qui travailleront à l’affranchissement véritable d’un peuple continuellement et dramatiquement subjugué par un politique sans foi ni loi. Une république nouvelle consciente du douloureux héritage du passé et soucieuse de bâtir un vivre ensemble qui échappe désormais à tout germe de despotisme, de tribalisme, et de rattrapage ethnique ».
« Dire non à cette éternelle politique, chantre de l’impunité, de l’injustice, de la violence, et de la corruption, est un impératif fondamental pour tout citoyen ivoirien. Garder le silence devant cette forfaiture ferait de nous des complices » affirme-t-il.
Le Père Zagore rappelle, en citant Desmond Tutu que « dans les situations d’injustices, choisir la neutralité c’est prendre le parti du bourreau contre la victime ». « La Cote d’ivoire doit et va renaître ses cendres » conclut-il.
ASIE/TERRE SAINTE - Appel de la Commission épiscopale Justice et Paix au moment du début de la démolition du village de Khan al Ahmar
18/10/2018

Jérusalem – Au cours de la journée du 16 octobre, trois engins de chantiers ont poursuivi le travail de nivellement du terrain autour du village bédouin de Khan al Ahmar, en Cisjordanie occupée, à l’est de Jérusalem, dans une zone considérée comme stratégique pour l’expansion de nouvelles colonies juives. L’opération de nivellement sert à créer des pistes pour faciliter l’entrée des troupes militaires lorsque viendra le moment de l’évacuation de la population bédouine du village avant la démolition des édifices le constituant. La veille, des affrontements et des moments de tension avaient eu lieu entre militaires israéliens et habitants du village soutenus par des groupes d’activistes arrivés à Khan al Ahmar dans le but de faire barrage aux excavateurs.
Ces jours derniers, la Commission Justice et Paix de l’Assemblée des Ordinaires catholiques de Terre Sainte a diffusé un communiqué exprimant, une fois encore, son désaccord et son alarme en ce qui concerne la démolition annoncée du village bédouin. « Après une longue période de luttes légales – indique le communiqué – la Cour Suprême d’Israël a établi que les autorités israéliennes avaient le droit de démolir le village bédouin de Khan al-Ahmar, transférant les résidents dans une zone proche de Jéricho. Nombre de ces personnes avaient déjà évacué après la guerre de 1948 et se trouvent à être une fois encore violemment déracinées pour faire place à des colonies israéliennes illégales ». La déclaration fait appel aux israéliens et à la communauté internationale afin qu’ils fassent entendre leur voix en faveur des bédouins de Khan al Ahmar et de leur droit à ne pas être transférés dans les environs de Jéricho.
Dans le village de Khan al Ahmar, constitué de 42 baraques, se trouve également la fameuse « école de pneumatiques » fréquentée par plus de 170 enfants de la tribu des Jahalin.
La structure fut une structure réalisée à l’aide de 2.200 vieux pneumatiques appuyés l’un sur l’autre en guise de briques, remplis de terre et pressés. « Les colons – expliquent les missionnaires comboniennes – demandent à ce qu’une école illégale soit abattue parce que construite sans l’autorisation des autorités d’occupation militaire, bien que l’école soit privée d’éléments architecturaux permanents et réalisée sans ciment et sans fondations, justement afin de ne pas contrevenir aux règlements militaires, qui interdisent la construction non autorisée d’édifices au sein de la zone C, de laquelle fait partie 60% du territoire de la Cisjordanie, sous le plein contrôle d’Israël ».
Sur l’école en question pèse une décision de démolition remontant à sa construction même, en 2009.
La démolition du village facilitera l’expansion de la colonie de Kfar Adumim.
ASIE - Les jeunes chrétiens d’Asie, Ambassadeurs de paix
18/10/2018

Chiang Mai – Les jeunes chrétiens en Asie sont appelés à être ambassadeurs d paix dans les divers contextes sociaux et politiques des nations asiatiques dans lesquelles ils vivent. C’est ce qui ressort de la III° Rencontre du Forum Jeunes Ambassadeurs de Paix en Asie né au sein de la Conférence chrétienne d’Asie . A la réunion d’une semaine actuellement en cours à Chiang Mai centrée sur le thème « Paix avec Justice et Sécurité humaine », participent des représentants des jeunes des églises appartenant à la CCA et d’organisations bouddhistes, hindouistes et musulmanes d’Asie.
Les jeunes ont reçu une formation spécifique en vue d’une meilleure compréhension des conflits qui s’enregistrent dans de nombreuses parties de leur continent. Le but est de faire grandir la conscience que les jeunes chrétiens d’Asie sont appelés à être des ambassadeurs et des catalyseurs de paix, selon le message du Christ dans le territoire ou la région où ils vivent.
« Le concept de sécurité doit être revu, en ce que la notion en elle-même de la sécurité est souvent interprétée comme relative seulement à la défense militaire. Une telle approche ne prend pas en considération l’importance de la sécurité humaine et du droit de toute personne à vivre dans la dignité, la sécurité et en disposant d’un accès à la justice » explique à l’Agence Fides Mathews George Chunakara, Secrétaire général de la CCA. « La paix et la sécurité – poursuit-il – peuvent être maintenues dans une société où les personnes faisant partie d’une communauté prennent soin les unes des autres, avec une reconnaissance et une tolérance réciproques, sur la base de l’amour et du soin du prochain. Il n’existe pas de paix sans justice mais il n’existe pas non plus de paix sans sécurité ».
C’est pourquoi durant la rencontre du forum YAPA, ont été explorées les voies permettant de renforcer la société civile dans sa recherche de développement social, de sécurité économique, de droits fondamentaux, de sécurité alimentaire, de sécurité environnementale et de sécurité des communautés. Le Forum a pour but de former les jeunes et de les aider à construire des communautés dans lesquelles la paix et l’harmonie prévalent sur la conflictualité, au travers de méthodologies et d’une approche à caractère interculturel et interreligieux.
La CCA constitue un organisme œcuménique qui coordonne des œuvres sociales, culturelles et missionnaires en Asie, en promouvant la solidarité et la collaboration entre diverses Eglises et dénominations chrétiennes dont l’Eglise catholique.
Liens utils
LA REGISTRATION
Titre
Nom*
Nom de famille*
Email officiel*
Email personnel
Fonction*
Nation*
Ville*
Diocèse*
Téléphone
Adresse
Code Postal
MESSAGE

MOT DE PASSE OUBLIÉ
UTILISATEUR

.
...le cœur de l'animation et
de la coopération missionnaire
.
... Ouvrir le cœur de chaque croyant
à l'immensité de l'horizon missionnaire
.
...collabore à la croissance des jeunes Eglises
en soutenant la construction de nouveaux séminaires
et la formation des nouveaux prêtres, religieux et religieuses locaux
.
...le partage. la solidarité spirituelle et matérielle universelle des enfants au nom de Jésus
.
... Inspirer dans l'Eglise la passion pour la mission et réveiller
les communautés chrétiennes à coopérer à l'évangélisation
OPSPA
OEUVRE PONTIFICALE
DE SAINT PIERRE APOTRE
L’Œuvre de Saint Pierre collabore à la croissance des jeunes Eglises en soutenant financièrement la construction de nouveaux séminaires et les programmes de formation des nouveaux prêtres, religieux et religieuses locaux.
OPPF
OEUVRE PONTIFICALE
DE LA PROPAGATION
DE LA FOI
La mission de la Propagation de la Foi est de susciter au sein du peuple de Dieu un esprit authentiquement universel afin de faire croître au sein des Eglises locales une conscience missionnaire selon la dimension naturelle de l’Eglise.
OPEM
OEUVRE PONTIFICALE
DE L’ENFANCE MISSIONNAIRE
L’Œuvre de l’Enfance Missionnaire ou Sainte Enfance emmène les enfants à la découverte de l’esprit missionnaire et leur enseigne à aider par la priere et par de petits sacrifices materiels les enfants de leur âge de par le monde.
UPM
UNION PONTIFICALE MISSIONNAIRE
L’Union missionnaire, âme des autres Œuvres missionnaires, est une association de clercs, religieux, religieuses et laïcs qui se propose de susciter dans l’Eglise la passion pour la mission, de contribuer à la formation missionnaire et de pousser les communautés chrétiennes à coopérer et à prendre une part active à l’activité d’évangélisation.

Administration des Secrétariats
-

OEUVRES PONTIFICALES MISSIONNAIRES
Secrétariats internationaux
PRIVACY
CONDITIONS D'UTILISATION
DISCLAIMER
COPYRIGHT ©2018OEUVRES PONTIFICALES MISSIONNAIRES TOUS LES DROITS RÉSERVÉS