ASIE/IRAQ - Douleur et effarement de l’Eglise chaldéenne face aux victimes innocentes de Mossoul
28/03/2017

Mossoul – Les massacres de civils innocents qui marquent actuellement les opérations militaires en cours dans le cadre de la libération de Mossoul de l’occupation des djihadistes du prétendu « Etat islamique » ont provoqué « une profonde douleur et un grand effarement » au sein de l’Eglise chaldéenne. Dans un communiqué diffusé par les canaux officiels du Patriarcat de Babylone des Chaldéens, il est fait mention des 500 victimes innocentes au moins tombées ces derniers jours à cause des combats et il est rappelé à toutes les forces militaires engagées dans l’offensive pour la libération de Mossoul qu’elles doivent à tout le moins respecter les règles et procédures internationalement reconnues pour limiter au minimum les pertes de vies humaines dans les conflits. Dans le document, parvenu à l’Agence Fides, le Patriarcat chaldéen indique suivre avec attention les développements de l’intervention militaire conjointe pour la libération de Mossoul, et exprime même de la gratitude pour le sens du devoir des militaires irakiens et sa satisfaction s’agissant de l’avancée des forces militaires irakiennes dans les quartiers de la deuxième ville d’Irak, aux mains des djihadistes depuis près de trois ans. Dans le même temps, le texte diffusé par le Patriarcat chaldéen – et parvenu également à l’Agence Fides – manifeste « douleur et effarement » suite aux « plus de 500 victimes innocentes » provoquées ces derniers jours par les opérations conduites par la coalition luttant contre le prétendu « Etat islamique ». Le Patriarcat chaldéen fait savoir également que des Comités ecclésiaux locaux ont été activés et chargés de fournir une assistance alimentaire à la multitude d’évacués qui fuit actuellement Mossoul. Il rappelle surtout à tous la nécessité de respecter les lois de la guerre et toutes les obligations morales et religieuses imposant de protéger et de défendre les vies innocentes, y compris sur les théâtres de guerre.
Le Message, qui porte la signature du Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, s’achève en invoquant Dieu Tout-Puissant afin qu’Il « protège l’Irak et hâte le retour de la sécurité, de la paix et de la stabilité ».
Hier, Dimanche 26 mars, les forces américaines ont reconnu être responsables de l’attaque aérienne sur Mossoul qui a provoqué le 17 mars dernier la mort de 150 innocents, y compris des femmes et des enfants.
ASIE/PHILIPPINES - Développement durable ou destructeur de l’environnement, la croisée des chemins pour Mindanao
28/03/2017

Zamboanga du Sud – « Aux Philippines, nous nous trouvons aujourd’hui face à des secteurs d’activités qui continuent à bénéficier de nos ressources naturelles en détruisant l’environnement et à l’effort des institutions visant à protéger l’environnement. Nous espérons et nous prions afin que la sagesse de ceux qui sont les plus intéressés à protéger l’environnement prévale sur l’intérêt d’entreprises nationales et internationales qui ont déjà détruit une bonne partie de la forêt aux Philippines, générant de nombreuses catastrophes naturelles liées à la déforestation et au manque d’approvisionnement en eau dans de nombreuses parties du pays ». C’est ce qu’affirme une note envoyée à Fides par le mouvement Silsilah pour le dialogue entre chrétiens et musulmans, fondé dans la ville de Zamboanga du Sud par le Père Sebastiano D’Ambra, PIME.
Le missionnaire indique à Fides : « Nous continuons à croire que, pour protéger l’environnement, il faut également éduquer les personnes à respecter la Création en tant que don de Dieu. A Zamboanga, nous faisons partie, avec d’autres institutions, du réseau Friends of Zamboanga Watersheds Movement qui vise à préserver les bassins hydriques de Zamboanga, mis en danger par un affairisme sans scrupules qui continue à détruire notre pays et aggrave la situation le changement climatique ».
« Pour sensibiliser la population, en tant qu’initiative symbolique – poursuit-il – nous avons lancé l’idée d’éteindre tout éclairage électrique pendant une heure, de 20.30 à 21.30. Il est urgent d’écouter le cri de la Terre que le Pape François appelle « notre maison commune », afin de promouvoir un développement durable et intégral ».
« Le dialogue avec la Création – explique le Père D’Ambra – fait partie d’une attitude holistique et d’une spiritualité que nous devons développer davantage de par le monde. Dans son Encyclique Laudato Si', le Pape François rappelle qu’il n’est pas possible de considérer la question des changements climatiques comme un aspect isolé mais seulement en le reliant à l’environnement, à la vie, à la famille, aux relations sociales. La dégradation de la nature est étroitement liée à la culture qui modèle la coexistence humaine ».
« Aux Philippines – conclut le missionnaire – les jeunes demandent un changement, mais comment peut-on prétendre construire un avenir meilleur sans penser à la crise environnementale et aux souffrances des exclus ? Il faut promouvoir un nouveau dialogue sur la manière dont nous modelons l’avenir de notre nation et de notre planète, en incluant le thème de l’impact environnemental des politiques de développement ».
L’une des principales questions sur l’île de Mindanao concerne l’industrie minière, confiée à des sociétés nationales et multinationales, responsables de la déforestation en vue de l’extraction de minerais précieux et du commerce des bois de valeur. Selon les environnementalistes et de nombreuses organisations de la société civile, les Philippines devraient développer davantage leur agriculture et l’industrie du tourisme, qui permettent également de respecter la vie des populations indigènes présentes à Mindanao, lesquelles ont besoin d’un accompagnement vers le développement. Des organisations catholiques, en réseau avec des ONG, sont engagées à promouvoir à Mindanao des programmes de développement dans des secteurs tels que la santé, les services primaires, l’instruction, la protection de l’environnement, l’agriculture durable et l’assistance aux entreprises du secteur agroalimentaire.
AFRIQUE/RD CONGO - Nouveaux massacres au Kasaï et accusations concernant tant les militaires que les miliciens du défunt Kamuina Nsapu
28/03/2017

Kinshasa – Une quarantaine d’agents de police ont été décapités après être tombés dans une embuscade tendue par les miliciens du défunt chef traditionnel Kamuina Nsapu. Les faits remontent au 24 mars et ont concerné un convoi de membres des forces de l’ordre le long de la route reliant les villes de Tshikapa et de Kananga, dans la province du Kasaï central. Les miliciens ont décapité 42 agents de police mais en ont libéré six autres qui parlaient la langue locale, le Tshiluba.
Le nouveau massacre vient s’ajouter aux découvertes continuelles de fosses communes où ont été jetées les victimes de massacres de civils, dont des femmes et des enfants.
Selon la commission d’experts de l’ONU qui enquête sur les crimes contre l’humanité commis en République démocratique du Congo, les massacres au Kasaï dépassent le conflit opposant les forces de l’ordre aux miliciens du défunt chef traditionnel Kamuina Nsapu. Certaines fosses communes jusqu’ici découvertes se trouvent en effet dans des zones où les miliciens du défunt chef traditionnel Kamuina Nsapu ne sont pas présents.
La Commission des droits fondamentaux de l’ONU a recensé quelques douze fosses communes au Kasaï central, où sont actifs les miliciens du défunt chef traditionnel Kamuina Nsapu, et au Kasaï oriental. Précédemment, Radio France International et Reuters avaient fait mention de la découverte de huit autres fosses communes. Selon la Commission des Nations unies, les victimes présentes dans les fosses communes ont été tuées de manière atroce.
A la mi-mars, deux membres de la commission d’experts de l’ONU, Michael Sharp et Zahida Katalan, respectivement ressortissants américain et suédois, ont été enlevés au Kasaï central sans avoir depuis lors donné de leurs nouvelles .
Les témoignages recueillis sur place accusent les militaires des forces armées congolaises d’avoir exterminé de présumés partisans des miliciens mais le soupçon est que ces massacres dérivent non seulement d’une très mauvaise gestion d’un conflit avec un chef traditionnel – qui a été tué en août dernier par la police – mais aussi des tensions politiques liées à l’absence d’organisation des élections présidentielles en décembre dernier. Les négociations devant rendre applicables les accords de la Saint Sylvestre, visant à constituer un gouvernement d’unité nationale devant porter le pays aux élections d’ici la fin de cette année, ne se sont pas encore achevées alors que la tension monte au sein de la population.
AMERIQUE/MEXIQUE - Disponibilité de l’Evêque de Chilpancingo-Chilapa à servir de médiateur entre le gouvernement et la criminalité organisée
28/03/2017

Chilpancingo – S.Exc. Mgr Salvador Rangel Mendoza, Evêque de Chilpancingo-Chilapa, a déclaré hier, après la Messe dominicale, qu’il pourrait jouer le rôle d’interlocuteur entre la criminalité organisée et le gouvernement si les autorités le demandaient dans le but de tenter de dialoguer pour mettre un terme au climat de violence qui afflige l’Etat de Guerrero. « Une manière d’affronter les problème au sein de l’Eglise est le dialogue et si les parties le demandent, je serais disposé à dialoguer pour obtenir que Guerrero parvienne à vivre en paix » a déclaré l’Evêque.
Les autorités n’ont pas cherché le dialogue avec la criminalité, a déclaré Mgr Rangel, même si le gouvernement « connaît et sait bien qui ils sont et où ils sont ». « Cependant il n’existera pas la volonté de le faire tant qu’ils resteront dans leur coin, avec la loi en main ». En effet, « pour mauvais qu’ils soient, nous devons entendre leurs arguments » a réaffirmé l’Evêque.
A la grande surprise de la presse, Mgr Rangel Mendoza a raconté sa rencontre avec les groupes de la criminalité organisée : « Face aux menaces contre les prêtres, j’ai été poussé à dialoguer avec eux, tant avec les groupes de l’est qu’avec ceux de l’ouest de l’Etat. Ils m’ont bien accueilli et j’ai longuement parlé avec eux. Ils ont déclaré qu’ils cherchent le bien de la population à cause de l’apathie du gouvernement, qui les a proprement abandonnés ». Dans le cas de Chilpancingo, l’Evêque a déclaré qu’il ne s’agit pas d’un groupe unique mais de différents groupes luttant pour le contrôle du territoire, soulignant que les plus dangereux sont ceux qui travaillent pour les trafiquants de drogue.

Liens utils
LA REGISTRATION
Titre
Nom*
Nom de famille*
Email officiel*
Email personnel
Fonction*
Nation*
Ville*
Diocèse*
Téléphone
Adresse
Code Postal
MESSAGE

MOT DE PASSE OUBLIÉ
UTILISATEUR

OEUVRES PONTIFICALES MISSIONNAIRES
...le cœur de l'animation et
de la coopération missionnaire
ŒUVRE PONTIFICALE DE LA PROPAGATION DE LA FOI
... Ouvrir le cœur de chaque croyant
à l'immensité de l'horizon missionnaire
OEUVRE PONTIFICALE DE SAINT PIERRE APOTRE
...collabore à la croissance des jeunes Eglises
en soutenant la construction de nouveaux séminaires
et la formation des nouveaux prêtres, religieux et religieuses locaux
OEUVRE PONTIFICALE DE L’ENFANCE MISSIONNAIRE
...le partage. la solidarité spirituelle et matérielle universelle des enfants au nom de Jésus
UNION PONTIFICALE MISSIONNAIRE
... Inspirer dans l'Eglise la passion pour la mission et réveiller
les communautés chrétiennes à coopérer à l'évangélisation
OPPF
OEUVRE PONTIFICALE
DE LA PROPAGATION
DE LA FOI
La mission de la Propagation de la Foi est de susciter au sein du peuple de Dieu un esprit authentiquement universel afin de faire croître au sein des Eglises locales une conscience missionnaire selon la dimension naturelle de l’Eglise.
OPSPA
OEUVRE PONTIFICALE
DE SAINT PIERRE APOTRE
L’Œuvre de Saint Pierre collabore à la croissance des jeunes Eglises en soutenant financièrement la construction de nouveaux séminaires et les programmes de formation des nouveaux prêtres, religieux et religieuses locaux.
OPEM
OEUVRE PONTIFICALE
DE L’ENFANCE MISSIONNAIRE
L’Œuvre de l’Enfance Missionnaire ou Sainte Enfance emmène les enfants à la découverte de l’esprit missionnaire et leur enseigne à aider par la priere et par de petits sacrifices materiels les enfants de leur âge de par le monde.
UPM
UNION PONTIFICALE MISSIONNAIRE
L’Union missionnaire, âme des autres Œuvres missionnaires, est une association de clercs, religieux, religieuses et laïcs qui se propose de susciter dans l’Eglise la passion pour la mission, de contribuer à la formation missionnaire et de pousser les communautés chrétiennes à coopérer et à prendre une part active à l’activité d’évangélisation.

Administration des Secrétariats
-

OEUVRES PONTIFICALES MISSIONNAIRES
Secrétariats internationaux
PRIVACY
CONDITIONS D'UTILISATION
DISCLAIMER
COPYRIGHT ©2017OEUVRES PONTIFICALES MISSIONNAIRES TOUS LES DROITS RÉSERVÉS