AMERIQUE/NICARAGUA - Approbation de la constitution d’une Commission d’enquête sur les violences et nouveaux massacres
22/06/2018

Managua – Les Evêques du Nicaragua et les membres de l’Alliance civique qui participent au Dialogue national, se sont déclarés « très satisfait » du résultat des négociations sur vérité, justice et droits fondamentaux avec le gouvernement de Daniel Ortega, dont l’intransigeance était sur le point de faire échouer le dialogue.
Le 15 juin, au terme d’une session de travail tendue et prolongée a été décidée la création d’une Commission chargée d’enquêter sur les massacres et autres violations des droits fondamentaux commis à compter du 18 avril. L’exécutif a donc accepté l’entrée dans le pays d’une nouvelle mission de la Commission interaméricaine pour les droits fondamentaux, ainsi que de délégations du Haut Commissariat des Nations unies pour les droits fondamentaux ainsi que de l’Union européenne. Le gouvernement a dans tous les cas voulu inclure également l’Organisation des Etats américains alors que le Président Ortega, dans une lettre adressée aux Evêques, a refusé d’accepter la requête principale de la population, à savoir sa démission et des élections anticipées.
Le Nicaragua continue cependant à vivre sa pire crise des quarante dernières années alors que la vague de terreur qui a déjà fait plus de 160 morts ne parait pas devoir se calmer. Le climat de défiance envers les autorités, malgré le Dialogue national, grandit toujours davantage. Au cours de la seule journée du 15, deux heures après l’acceptation de la part du gouvernement de la constitution de la Commission de Vérification et Sécurité, un groupe armé a incendié une maison, faisant mourir dans les flammes une famille de quatre adultes et deux enfants pour la seule raison que cette dernière s’était opposée à faire utiliser leur maison aux francs-tireurs. Selon les témoins, le groupe armé était composé de membres de la police et des forces paramilitaires.
Le 16 juin, l’Archidiocèse de Managua a envoyé à Fides un communiqué par lequel il condamne ce horrible fait criminel : « Nous regrettons, en particulier en tant que Pasteurs, cet acte de terreur exécrable qui a causé la mort de six personnes dont deux enfants innocents et sans défense, pour lesquels nous exprimons avec affection notre sentiment de proximité et de solidarité aux membres de la famille. Nous exhortons à la fin des violences et des morts perpétrées par ceux qui se cachent lâchement dans l’anonymat. Au nom de Dieu, nous demandons à ce qu’ils mettent immédiatement un terme au massacre d’un peuple sans défense ».
ASIE/COREE DU SUD - Marche pour la Vie contre la légalisation de l’avortement
22/06/2018

Séoul – Les catholiques coréens se mettent en marche pour défendre la vie. Tel est l’esprit de la Marche pour la Vie, manifestation qui a eu lieu dans les rues de Séoul le 16 juin pour dire non à la légalisation de l’avortement et réaffirmer l’engagement en faveur de la protection de la vie naissante.
Le peuple coréen est dans l’attente de la décision de la Cour constitutionnelle relative à la constitutionnalité de la norme interdisant l’avortement en Corée du Sud. Ainsi que l’a appris Fides, les participants à la Marche pour la Vie ont déclaré la légalité et légitimité de la mesure, se déclarant « prêts à s’opposer à l’abrogation de l’interdiction d’avorter » afin de défendre la vie de la mère et de l’enfant à naître.
Arrivés dans la Cathédrale de Séoul, les manifestants ont écouté S.Em. le Cardinal André Yeom Soo-jung, Archevêque de Séoul et Administrateur apostolique de Pyongyang, qui s’est adressé au Peuple de Corée au travers d’un message qui invite à accueillir et respecter la vie. Le Cardinal a ainsi déclaré : « La vie, qui semble si fragile et insignifiante, a un pouvoir extrêmement fort. Nous sommes tous responsables des limites et des conditions sociales qui contraignent des femmes à prendre des décisions irréversibles. L’avortement, toutefois, ne constitue pas le choix le meilleur et pas même une question de choix. Nous devrions chercher à construire une culture qui enseigne à respecter et à aimer la vie tous ensemble ».
La Marche pour la Vie constitue un mouvement pour la vie de niveau mondial, lancé dans les années 1970 aux Etats-Unis pour s’opposer à la légalisation de l’avortement et en faveur de la protection de la vie naissante. En Corée, existe une Fédération d’organisations ayant pour but d’établir la juste culture en faveur de la vie, soulignant la valeur et la dignité de toute vie. Certaines organisations de la société civile insistent pour abroger l’interdiction d’avorter sur la base des droits à l’autodétermination des femmes. Selon la communauté catholique en Corée, l’abrogation de cette interdiction d’avorter ne constitue pas le bon moyen pour respecter les droits des femmes.
AFRIQUE/ETHIOPIE - Prise de position du Patriarche de l’Eglise orthodoxe d’Ethiopie contre les mariages précoces
22/06/2018

Addis Abeba – L’Eglise orthodoxe Tawahedo d’Ethiopie intensifiera les interventions et les cours de formation et de sensibilisation afin de mettre en garde les familles contre les effets néfastes produits par la pratique sociale des mariages précoces, qui survit encore dans différentes zones rurales du pays. C’est ce qu’a indiqué le Patriarche de cette Eglise éthiopienne, Mathias I, Eglise qui est l’une des Eglises orientales les plus antiques de celles dénommées préchalcédoniennes, en ce que n’ayant pas accepté les décisions du Concile de Chalcédoine. Mathias I a relancé l’engagement de son Eglise à lutter contre le phénomène des « épouses enfants », présentant ces jours derniers un nouveau livre en langue amharique qui expose les critères selon lesquels l’Eglise considère la question des mariages précoces. La publication du volume fait partie d’une campagne de sensibilisation financée notamment grâce à des fonds provenant de l’ONU et de l’église de Norvège.
Par le passé, surtout à cause de l’ignorance et de l’inconséquence – a déclaré notamment le Patriarche orthodoxe – il n’existait pas de précautions suffisantes pour freiner une telle praxis et ses effets néfastes. Cependant, l’Eglise a maintenant l’intention de sensibiliser les fidèles de manière adéquate pour faire en sorte que cet usage soit totalement abandonné et ne se perpétue pas parmi les jeunes générations. « Dieu – a souligné Mathias I – a créé le genre humain avec une dignité supérieure à toutes les autres créatures. Dès lors, ceux qui cherchent à abaisser cette dignité s’opposent à la loi de Dieu ».
Selon les données fournies notamment par l’UNICEF, le nombre de mariages précoces a diminué pour arriver à 12 millions chaque année. Au cours de ces dix dernières années, un tiers des mariages précoces au niveau mondial a eu lieu en Afrique subsaharienne alors qu’au cours de la décennie précédente, la part de l’Afrique était d’un cinquième du total. Cependant, en Ethiopie – qui par le passé était l’un des cinq pays d’Afrique comprenant une forte incidence de mariages précoces – des données positives s’enregistrent d’ores et déjà et le nombre de ce genre de mariages a diminué de 30% au cours de la dernière décennie.
AFRIQUE/OUGANDA - Déclarations de l’Archevêque de Gulu sur l’action de l’Eglise dans la situation actuelle
22/06/2018

Rome – « Le nord de l’Ouganda vit actuellement dans le calme. La menace de la LRA concerne le passé attendu que ce groupe de guérilla n’est plus présent en Ouganda mais s’est déplacé dans un certain nombre de zones de pays voisins comme la République démocratique du Congo, le Soudan du Sud et la République centrafricaine » indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr John Baptist Odama, Archevêque de Gulu et Président de la Conférence épiscopale d’Ouganda, à Rome dans le cadre de la visite Ad Limina. « Cela ne signifie cependant pas que nous devons abaisser la garde. La situation doit être constamment suivie de manière à éviter que la LRA ne revienne en Ouganda » ajoute l’Archevêque.
L’armée de la résistance du Seigneur a sévi pendant des décennies dans le nord de l’Ouganda et en particulier sur le territoire de l’Archidiocèse de Gulu, terrorisant la population civile, contrainte pendant longtemps à se réfugier dans les églises et des camps protégés pour échapper aux violences des guérilleros. La LRA est tristement célèbre pour la capture d’enfants contraints à devenir miliciens après avoir subi de très lourds conditionnements psychologiques.
C’est pourquoi, affirme Mgr Odama, « l’Eglise continue à assister les populations afin de guérir les profondes blessures infligées durant toutes ces années par la LRA tant au niveau matériel que, surtout, au niveau psychologique et spirituel. Nous organisons des séminaires de construction de la paix et des groupes de travail interreligieux pour offrir un soutien aux personnes qui ont besoin d’assistance. Nous investissons également dans l’Université catholique du Sacré-Cœur de Gulu pour affronter les problématiques les plus graves de l’après-guerre, à savoir les traumatismes psychologiques et psychiatriques. Cela ne concerne pas seulement la population du nord de l’Ouganda mais celle de l’ensemble du pays et même de pays voisins tels que le Soudan du Sud, la RDC et la Centrafrique. Nous cherchons par suite de renforcer l’enseignement universitaire afin de former des psychologues qui oeuvrent pour soutenir la population ».
« Les causes ayant provoqué la naissance de la LRA concernent le mauvais gouvernement que nous avons connu par le passé – déclare Mgr Odama. Grâce aux efforts de nos militaires, la LRA a été chassée du nord de l’Ouganda mais les conditions qui ont décrété sa naissance continuent à exister, en particulier l’extrême pauvreté de la zone, qui doit être affrontée de manière décidée. Il existe cependant des signes d’amélioration concrets qui permettent d’espérer, comme par exemple la construction de nouvelles routes et le renforcement du réseau électrique » conclut Mgr Odama.
Liens utils
LA REGISTRATION
Titre
Nom*
Nom de famille*
Email officiel*
Email personnel
Fonction*
Nation*
Ville*
Diocèse*
Téléphone
Adresse
Code Postal
MESSAGE

MOT DE PASSE OUBLIÉ
UTILISATEUR

Nouvelles

Liens utils


OEUVRES PONTIFICALES MISSIONNAIRES
Secrétariats internationaux
PRIVACY
CONDITIONS D'UTILISATION
DISCLAIMER
COPYRIGHT ©2018OEUVRES PONTIFICALES MISSIONNAIRES TOUS LES DROITS RÉSERVÉS